animal

1. animal, aux [ animal, o ] n. m.
XIIe; mot lat., de anima « souffle, vie »
I(Concept général, incluant l'homme)
1Biol. Être vivant organisé, doué de sensibilité et de motilité, hétérotrophe (difficile à distinguer du végétal à l'état unicellulaire).
2Cour. Animal raisonnable, social, supérieur, humain, etc. :l'être humain. « l'homme est un animal sociable » ( Montesquieu).
(1537) T. d'injure Personne grossière, stupide, brutale. « Il commence à me courir, l'animal » (Curtis). (Atténué) Il a drôlement réussi, l'animal !
II(Concept excluant l'homme) Être vivant non végétal, ne possédant pas les caractéristiques de l'espèce humaine (langage articulé, fonction symbolique, etc.). bête; insecte, mammifère, mollusque, oiseau, poisson, reptile, ver, etc. Science qui étudie les animaux. zoologie. Classification des animaux. taxinomie, zootaxie. Animaux actuels, fossiles. 2. faune . Animaux fabuleux, symboliques. Animaux sauvages ( fauve) , domestiques, de compagnie, de boucherie. Apprivoiser, domestiquer, dompter, dresser un animal. L' animal-machine : l'animal, selon la conception mécaniste de Descartes (opposé à l'homme, qui raisonne) . « L'animal primitif qui subsiste indéfiniment dans l'homme » (Taine). bête, brute; bestialité. L'homme et l'animal. anthropomorphisme. Société protectrice des animaux (S. P. A.) : société fondée en 1845, veillant au bon traitement des animaux et poursuivant, le cas échéant, par voie judiciaire, tout abus constaté à leur égard.
Animaux purs, impurs : distinction établie par la loi mosaïque et déclarant impropres à l'alimentation les animaux amphibies et ceux au pied fendu (grenouille, porc, âne, lièvre, etc.).
animal 2. animal, ale, aux [ animal, o ] adj.
XIIIe; lat. animalis
1Qui a rapport à l'animal (I, 1o) [opposé à végétal et incluant l'homme]. Espèces animales. Règne animal. Fonctions animales : fonctions sensitives, nerveuses et motrices qui caractérisent le règne animal. Chaleur animale, dégagée par le corps. Milieu sans vie animale ( 1. azoïque) . Vx Esprits animaux.
Qui en l'homme est propre à l'animal. bestial, brutal, charnel, 1. physique , sensuel. « L'instinct maternel est divinement animal » (Hugo). Une confiance animale, instinctive. Une beauté animale.
2Qui est propre à l'animal (excluant l'homme). Instinct animal. Graisse, matière animale, qui provient des bêtes. Charbon, noir animal. Traction animale, produite par l'animal. Étude du comportement animal. éthologie.
⊗ CONTR. Végétal. Spirituel.

animal nom masculin (latin animal, -alis, être vivant, de anima, souffle, principe vital) Par opposition à végétal, être vivant organisé, généralement capable de se déplacer et n'ayant ni chlorophylle ni paroi cellulaire cellulosique. Par opposition à homme, être animé, dépourvu de langage articulé : Animal sauvage, domestique. Animaux de boucherie.animal (citations) nom masculin (latin animal, -alis, être vivant, de anima, souffle, principe vital) Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme. Satires Pierre Fournier, dit Pierre Gascar Paris 1916-Lons-le-Saunier 1997 Si les animaux se mettaient à parler, on s'apercevrait qu'ils sont nus. L'Arche Gallimard Remy de Gourmont Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915 L'homme est un animal arrivé, voilà tout. Promenades philosophiques Mercure de France Jean de La Bruyère Paris 1645-Versailles 1696 L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus par la campagne, noirs, livides, et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes. Les Caractères, De l'homme Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Je me sers d'animaux pour instruire les hommes. Fables, Dédicace au Dauphin Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Cet animal est triste, et la crainte le ronge. Fables, le Lièvre et les Grenouilles Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Il se trouve plus de différence de tel homme à tel homme que de tel animal à tel homme. Essais, II, 12 Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 Appelons la femme un bel animal sans fourrure dont la peau est très recherchée. Journal, 1887 Gallimard Pierre Reverdy Narbonne 1889-Solesmes 1960 L'homme est une bête féroce par elle-même apprivoisée. Le Livre de mon bord Mercure de France Simone Weil Paris 1909-Londres 1943 La pensée fuit le malheur aussi promptement, aussi irrésistiblement qu'un animal fuit la mort. Attente de Dieu Fayardanimal (expressions) nom masculin (latin animal, -alis, être vivant, de anima, souffle, principe vital) Familier. Cet animal(-là), l'animal, etc., expressions péjoratives, appliquées à quelqu'un dont on a à se plaindre, qui manque de correction ou de délicatesse. Grands animaux, en vénerie, les cerfs et les biches. Un animal politique, politicien très actif, particulièrement doué. ● animal (synonymes) nom masculin (latin animal, -alis, être vivant, de anima, souffle, principe vital) Par opposition à homme , être animé, dépourvu de langage articulé
Synonymes :
- bête
Familier. Cet animal(-là), l'animal, etc.
Synonymes :
- ballot (familier)
animal, animale, animaux adjectif (latin animalis, animé, vivant) Propre à l'animal, par opposition à végétal. Qui caractérise plutôt l'animal que l'homme : Il mène une vie tout animale.animal, animale, animaux (expressions) adjectif (latin animalis, animé, vivant) Chaleur animale, chaleur rayonnée par le corps humain et par les animaux homéothermes (mammifères, oiseaux). Échelle animale, classement des espèces animales selon leur degré supposé d'évolution progressive. (On y place généralement l'homme au sommet, les protozoaires à la base.) Esprits animaux, partie la plus légère du sang imaginée par Descartes pour expliquer l'action de l'âme sur le corps et celle du corps sur l'âme. Maladies transmises par les animaux, maladies virales, bactériennes ou parasitaires, transmises des animaux à l'homme, que ce soit directement (morsure, griffure, piqûre) ou indirectement (piqûre avec la carcasse ou une arête d'un animal mort). Pôle animal de l'œuf, région à partir de laquelle se différenciera le système nerveux chez les vertébrés, par opposition au pôle végétatif. Psychologie animale, branche de la psychologie qui s'intéressait aux comportements des animaux. (Elle a été relayée par d'autres sciences, parmi lesquelles l'éthologie tient la place prépondérante.) Règne animal, ensemble des espèces animales. (→ classification, biodiversité.) ● animal, animale, animaux (synonymes) adjectif (latin animalis, animé, vivant) Qui caractérise plutôt l' animal que l'homme
Synonymes :
- inné
- spontané
Contraires :
- réfléchi

animal, aux
n. m.
d1./d être vivant, doué de sensibilité et de mouvement (par oppos. aux végétaux). Les végétaux sont autotrophes, les animaux hétérotrophes.
d2./d être vivant privé du langage, de la faculté de raisonner (par oppos. à l'homme). L'ignorance rabaisse l'homme au rang des animaux.
d3./d Fig. Personne stupide ou grossière. Quel animal!
————————
animal, ale, aux
adj.
d1./d Qui est propre à l'animal, qui concerne l'animal (en tant qu'opposé aux végétaux). Règne animal. Chaleur animale. Fonctions animales.
d2./d Qui est propre à l'animal (en tant qu'opposé à l'homme). Nourriture animale.
d3./d Bestial. Une fureur animale.

I.
⇒ANIMAL1, AUX, subst. masc.
A.— [P. oppos. aux règnes végétal et minéral] Être vivant, organisé, élémentaire ou complexe, doué de sensibilité et de mobilité :
1. À un poteau peint de diverses couleurs étoit attaché par un pied, au bout d'une longue corde, un écureuil, symbole de la vie chez les sauvages. L'animal agile tournoit autour du poteau, descendoit, remontoit, descendoit encore, sautoit, couroit sur le gazon, puis regagnoit le haut du poteau, où il se tenoit planté sur les pieds de derrière, en se couvrant de sa queue de soie : ...
CHATEAUBRIAND, Les Natchez, 1826, p. 469.
2. Si le chien avait suivi un civil français, je n'y aurais même pas pensé. J'imaginais au contraire ce sympathique animal devenu mascotte d'un régiment allemand et cela me mettait en fureur.
CAMUS, La Chute, 1956, p. 1536.
Rem. Il est parfois difficile de distinguer ,,l'animal du végétal et l'on peut même se demander s'il y aurait lieu de maintenir cette distinction pour les formes organiques les plus élémentaires.`` (LAL. 1968).
Animal raisonnable, supérieur... L'homme :
3. L'homme n'est ni une âme, ni un animal. L'homme est un animal transformé par la raison et uni à l'humanité.
P. LEROUX, De l'Humanité, t. 1, 1840, p. 116.
4. L'homme est donc un animal vivant en société.
PROUDHON, Qu'est-ce que la propriété? 1840, p. 299.
Rem. L'origine aristotélicienne et thomiste du syntagme ressort bien d'un ex. comme celui-ci :
5. Animal raisonnable, l'être humain semble posséder en soi plus que la forme de son corps; ...
GILSON, L'Esprit de la philos. médiév., t. 1, 1931, p. 182.
B.— Cour. [Dans un sens restreint et p. oppos. à l'homme] Être animé (cf. supra A) privé de raison :
6. ... par l'effet de la sensibilité organisée dans des appareils particuliers appelés sens, l'animal est entièrement différent du végétal; et de même, par l'effet de la raison, l'homme est un être essentiellement différent de l'animal.
P. LEROUX, De l'Humanité, t. 1, 1840, p. 111.
7. L'amour humain ne se distingue du rut stupide des animaux que par deux fonctions divines : la caresse et le baiser.
P. , Aphrodite, 1896, p. 106.
Rem. Animal/bête/brute. ,,Animal comprend tous les êtres organisés vivants; bête caractérise une classe d'animaux par opposition à l'homme; brute indique les sortes de bêtes livrées à l'instinct le plus grossier.`` (BONNAIRE 1835).
Locutions
Le roi des animaux. Périphrase servant à désigner le lion.
Animaux purs, animaux impurs. Distinction établie par la loi mosaïque et déclarant impropres à l'alimentation, certains animaux tels que l'âne, le chameau, le porc, le lièvre, etc.
En partic. et par restriction de sens. S'emploie surtout pour désigner des bêtes d'une certaine taille (p. oppos. aux insectes) et vivant en milieu terrestre (p. oppos. aux oiseaux, aux poissons...) :
8. Un silence profond régnait autour d'Oswald et de Corinne; leurs guides eux-mêmes s'étaient retirés dans l'éloignement; et comme il n'y a près du cratère ni animal, ni insecte, ni plante, on n'y entendait que le sifflement de la flamme agitée.
Mme DE STAËL, Corinne, t. 2, 1807, p. 303.
9. L'enfant tue les insectes qu'il trouve, les petits oiseaux, tous les petits animaux qui lui tombent sous la main.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Fou, 1885, p. 1011.
SYNT. Les syntagmes animal marin, aquatique montrent que l'usage même courant qualifie d'animal d'autres animaux que ceux qui vivent en milieu terrestre. Autres syntagmes bel, énorme, frêle, gros, magnifique, minuscule, noble, pauvre, petit, redoutable, sot, superbe, vil,... animal; animal antédiluvien, apprivoisé, carnassier, carnivore, chimérique, craintif, docile, domestique, empaillé, exotique, fabuleux, familier, farouche, féroce, fidèle, fossile, frugivore, héraldique, herbivore, hibernant, immonde, imparfait, inférieur, inoffensif, insectivore, intelligent, invertébré, microscopique, nocturne, nuisible, ovipare, préhistorique, sauvage, savant, sociable, symbolique, utile, venimeux, vertébré...; classification, comportement, domestication, dressage, instinct, intelligence, mœurs... d'un animal, des animaux; animal, animaux de basse-cour, de boucherie, de laboratoire... Plusieurs de ces syntagmes montrent qu'un certain anthropomorphisme (hérité p. ex. du Roman de Renard) règne dans la qualification des animaux : animal frêle, pauvre, sot, vil, etc. Inversement le mot animal s'emploie pour qualifier l'homme. Cf. infra.
C.— Fam. [En parlant de l'homme]
1. [Avec une valeur affective non dégradante, et gén. avec un adj. ou un déterminatif valorisant] Personne considérée dans son être physique, envers laquelle on éprouve un sentiment d'affection, de sympathie, voire d'admiration.
a) [P. réf. aux sens A et B]
[Avec un article déf. à valeur emphatique-démonstrative] :
10. Monseigneur tourne à l'hypocondrie, et l'animal a plus de talent que jamais! Il fait des pièces de vers détachées superbes, mais ne trouve pas de sujet de drame : c'est là ce qui le désole et lui fait prendre le genre humain en haine.
FLAUBERT, Correspondance, 1868, p. 354.
[P. réf. à un animal petit ou à un petit d'animal] :
11. ... presque tout de suite il a levé la tête, il a repoussé son fauteuil en souriant, il m'a entourée de son bras :
— Mon pauvre petit animal! Tu t'amènes comme ça toute seule! J'allais partir te chercher.
S. DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, p. 491.
b) [P. réf. au sens B] :
12. En vérité, il y aurait plaisir à laver, peigner, parfumer ce bel animal, à le dresser, à lui apprendre son métier de femme et à l'initier à la vie des sensations pour laquelle elle fut créée (à moins que la Providence n'y voie goutte) de toute éternité.
BARBEY D'AUREVILLY, 1er Memorandum, 1836, p. 17.
13. Après tout cette brave Blanche Ligneul, l'animal le moins égoïste qu'ait jamais porté la terre, n'obéissait-elle pas à un juste instinct en maintenant sa fille à la première attache venue.
DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 164.
2. [Avec une intention dégradante, par réf. au sens B, gén. construit avec un adj. dém.]
a) P. iron. [Pour rabattre l'orgueil ou les prétentions de l'espèce humaine] :
14. Il y a des physiologistes, il y a des historiens, peut-être trouverait-on des philologues quoique cet animal soit d'une extrême rareté, à ce qui me semble, sous la latitude de Paris, ...
GOBINEAU, Correspondance [avec Tocqueville], 1854, p. 207.
15. ... et dans toute l'île il n'existe d'autres animaux dangereux que quelques colons européens; ...
LOTI, Le Mariage de Loti, 1882, p. 123.
b) Péj. [Pour exprimer l'agacement à l'égard d'un fâcheux, d'un être inintelligent, etc.] :
16. ... peu d'instants après, on est venu me dire que le colonel anglais (...) m'attendait chez moi. J'ai fait signe que j'étais avec l'empereur, qui m'a dit quelques minutes après : « Allez voir, mon cher, ce que vous veut cet animal. »
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 391.
17. Noël Schoudler, qui n'avait plus de secrets pour Simon Lachaume, apprenant à ce dernier la mort de Lulu, lui dit : — Et savez-vous ce que cet animal-là a encore trouvé pour nous em..., car il n'y a pas d'autre mot? Eh bien il a fallu qu'il aille finir à l'hospice!
DRUON, Les Grandes familles, t. 2, 1948, p. 255.
[En constr. affective-expressive] :
18. Et le malheureux Benoît y descendit à peine vêtu, sans armes, sans chapeau... au moment où le maudit porte-voix répétait encore avec le même accent, avec la même mesure : « Ohé! du brick, envoyez une embarcation à bord avec le capitaine dedans. — Le capitaine dedans... le capitaine dedans... Il y est, bigre d'animal, dedans... »
SUE, Atar-Gull, 1831, p. 9.
19. Madame Isotta a autant d'esprit que de vertu, et en outre la tête froide. Avec elle, pas à craindre les lubies ni les poussées de sang de son animal de mari.
MONTHERLANT, Malatesta, 1946, I, 4, p. 445.
ÉTYMOL. ET HIST. — Fin XIIe s. « être organisé, doué de certaines facultés » (Ep. S. Bern., f° 72 r° ds GDF. Compl. : Receovre doit om dons a l'abitaciun des celles ceos ki animal sunt et humle et povre d'esprit, mais por ceu k'il racioneil devignent et espiriteil ne mie por ceu ke cil ki jai sunt parvenuit a teil estaige retorcent a[r]iere et se devignent animal); 1537 sens péj. « sot » (B. DESPERIERS, Cymbal., 140, ibid. : De vouloir escouter la cause d'ung pauvre animau que je suis).
Empr. au lat. animal, animalis « être vivant », formé sur anima « souffle de la vie, principe vital », (CICÉRON, Ac., 2, 37 ds TLL s.v., 77, 67); empl. comme terme d'injure (ID., Verr., 1, 42, ibid., 82, 58).
BBG. — ALLEAU 1964. — Archéol. chrét. 1924. — BACH.-DEZ. 1882. — BAUDR. Chasses 1834. — Bible 1912. — BLANCHE 1857. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — Canada Suppl. 1930. — CHASS. 1970. — DARM. Vie 1932, p. 60. — DHEILLY 1964. — Divin 1964. — ÉD. 1967. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 27. — Gramm. t. 1 1789. — GRAND'COMBE (F. de). Animaux et Animals. Vie Lang. 1955, pp. 502-503. — GUILB. Aviat. 1965. — JULIA 1964. — LACR. 1963. — LAF. 1878. — LAL. 1968. — Lar. comm. 1930. — Lar. méd. 1970. — Lar. mén. 1926. — LEMEUNIER 1969. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MARCEL 1938. — Méd. Biol. t. 1 1970. — NELLI 1968. — NOTER-LÉC. 1912. — NYSTEN 1824. — PLAIS.-CAILL. 1958. — PRIVAT-FOC. 1870. — RÉAU-ROND. 1951. — RÉAU-ROND. Suppl. 1962. — ROG. 1965, p. 38. — ST-EDME t. 1 1824. — TONDR.-VILL. 1968. — Théol. bibl. 1970. — VIOLLET 1875.
II.
⇒ANIMAL2, ALE, AUX, adj.
I.— [P. oppos. à ce qui se rapporte aux règnes végétal et minéral] Qui a trait, qui se rapporte à l'animal, à l'être animé (homme et animal) :
1. L'organisme animal s'organise comme le végétal, se nourrit avec sucre et ammoniaque. Peut-être même le sucre est-il à l'état acide?
BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 181.
2. Que l'apparition d'une espèce végétale ou animale soit due à des causes précises, nul ne le contestera.
BERGSON, L'Évolution créatrice, 1907, p. 27.
[Dans ce sens gén.] Qui est propre à la partie purement physique et instinctive, et non spirituelle de l'homme :
3. Que de mystères dans le grand mystère qui nous fait arriver à la vie! Ne voyons-nous pas dans l'histoire du cœur humain, que la nature y a tout préparé pour produire, non l'homme animal, mais l'homme moral, mais l'être composé d'un corps et d'une âme, l'homme, en un mot, fait pour sentir et penser, fait pour s'élever à de plus hautes destinées que celles d'une première vie.
BONSTETTEN, L'Homme du Midi et l'homme du Nord, 1824, p. 111.
4. Les uns rongeaient des carottes glacées en exprimant une sorte de plaisir animal, et des généraux enveloppés de mauvais châles ronflaient comme des tonnerres.
BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 100.
ZOOL. Échelle, série animale. ,,Ensemble des animaux, conçu comme formant une suite de termes de perfection croissante, à partir de l'éponge jusqu'à l'homme inclusivement.`` (Lar. 19e).
SYNT. Anatomie, assimilation, biologie, cellule, chaleur, économie, matière, vie animale.
II.— [P. oppos. à ce qui est spécifique de l'homme]
A.— Qui est propre à l'animal :
5. L'instinct animal frémit du danger personnel; la bête que je montais en était effrayée; le plus léger écart nous précipitait ensemble dans le Gave.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 156.
6. Que se passe-t-il en effet si, pour regarder la nature, nous nous plaçons sous ce biais? D'abord nous réalisons mieux dans notre esprit le fait et la raison de la diversité des comportements animaux.
TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955, p. 183.
PSYCHOL. Psychologie animale. Étude du comportement animal dans certaines circonstances données, comparé avec celui de l'homme.
SYNT. Amour, instinct, règne animal; chimie, faculté, fonction, gent, nature, nutrition, température animale.
B.— Qui provient de l'animal. Matière, substance animale :
7. L'hyperthyroïdien supporte mal des aliments animaux, l'hypopituitaire, les sucres et les amylacées, l'hypersurrénalien doit vivre plutôt en végétarien.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 175.
CHIM. Charbon animal. ,,Produit absorbant obtenu par charbonnage des matières organiques.`` (DUVAL 1959). Colle, glu animal. ,,Colle obtenue par dessication de la gélatine animale.`` (DUVAL 1959). Noir animal. Résidu de la calcination des os en vase clos. Huile animale, acides animaux. Huile ou acides extraits de matières animales.
III.— Rare. [P. oppos. à mécanique] Produit par l'animal, qui est le fait de l'animal :
8. Les applications de la roue se sont développées en raison de l'emploi de la traction animale : ...
VIDAL DE LA BLACHE, Principes de géogr. hum., 1921, p. 220.
PRONONC. :[animal], plur. des animaux [-o]. Enq. : /animal, animo/.
ÉTYMOL. ET HIST. — Fin XIIe s. animas en gén. « qui tient de l'animal, propre à l'animal » spéc. en parlant de l'homme « ce qui le rapproche de l'animal, p. oppos. à son être spirituel » (Li Epist. S. Bern. a Mont Deu, ms. Verdun 72, f° 46 r° ds GDF. Compl. : C'est li animas hom ki jai ancomancet a matre sun cors en la subjection de l'esperit); XIVe s. esprit animal (Somme maistre Gautier, f° 26 v°, ibid.).
Empr. au lat. animalis « animé, vivant » (LUCRÈCE, 1, 227 ds TLL s.v., 82, 84).
STAT. — Fréq. abs. littér. :12 839. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 30 493, b) 16 901; XXe s. : a) 10 566, b) 13 171.
BBG. — BASTIN 1970. — BOUILLET 1859. — BRARD 1838. — DUVAL 1959. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — KOLD. 1902. — LAV. Diffic. 1846. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MACHABEY (A.). Remarques sur le lexique musical du De canticis de Gerson. Romania. 1958, t. 79, p. 190, 225. — NYSTEN 1824. — PIÉRON 1963. — Psychol. 1969. — SILL. 1965. — UV.-CHAPMAN 1956.

1. animal, aux [animal, o] n. m.
ÉTYM. Fin XIIe; du lat. animal « être vivant », de anima « souffle, vie ». → Âme.
———
I (Concept général, incluant l'homme).
A Biol. Être vivant formé d'une ou de plusieurs cellules possédant des caractères constants, et qui, outre les caractères généraux de tout être vivant (croissance, métabolisme, reproduction), possède des caractéristiques spécifiques, surtout sous ses formes pluricellulaires : sensibilité, motilité, hétérotrophie.
REM. 1. Dans l'usage, le subst. animal s'emploie surtout en parlant des organismes pluricellulaires complexes (→ Métazoaires); l'expression linguistique du concept biologique le plus général est plutôt l'adjectif (cellule animale; protiste à affinité animale : protozoaire; règne animal).
1 On ne peut donner dans l'état actuel de la science une définition qui distingue en quelques mots l'animal du végétal et l'on peut même se demander s'il y aurait lieu de maintenir cette distinction pour les formes organiques les plus élémentaires.
Lalande, Voc. de la philosophie, art. Animal.
2. Même dans l'usage scientifique, animal exclut souvent l'espèce humaine : les traités de zoologie n'incluent pas l'anatomie et la physiologie humaines; aussi avons-nous évoqué le vocabulaire zoologique sous II. (ci-dessous).
B Loc. désignant l'homme (souvent adapt. du grec et du lat.), et emplois stylistiques.
1 Animal raisonnable, sociable, social, supérieur; animal civique (→ 1. Politique, cit. 2) (calques du lat., eux-mêmes du grec : zôon politikon, etc.). || L'homme est un animal doué de parole, sachant fabriquer des outils.
2 Chez l'animal qu'on appelle homme (…)
La Fontaine, Fables, VI, 20.
3 À ces mots, l'animal pervers
(C'est le Serpent que je veux dire,
Et non l'Homme : on pourrait aisément s'y tromper) (…)
La Fontaine, Fables, X, 2.
4 L'homme est, je vous l'avoue, un méchant animal !
Molière, Tartuffe, V, 6.
5 Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.
Boileau, Satires, VIII.
6 On dit que l'homme est un animal sociable (…)
Montesquieu, Lettres persanes, LXXXVIII (→ Excellence, cit. 7).
7 J'ose presque dire que l'état de réflexion est un état contre nature et que l'homme qui médite est un animal dépravé.
Rousseau, De l'inégalité parmi les hommes, V.
8 De toutes les définitions de l'homme, la plus mauvaise me paraît celle qui en fait un animal raisonnable.
France, le Petit Pierre, XXXIII, p. 235.
9 La vérité est que les hommes sont des animaux malfaisants (…)
France, l'Anneau d'améthyste, 1 t. XII, p. 138.
10 Dans ma verte jeunesse, je croyais que l'animal humain était surtout enclin à la conjonction des sexes (…)
France, la Rôtisserie de la reine Pédauque, 1 t. VIII, p. 239.
11 Au-dessous de la tête, des épaules et de la poitrine commence l'animal, ou cette partie du corps où l'âme ne doit pas se plaire.
Joseph Joubert, Pensées, II, 6.
11.1 J'appelais l'homme : l'animal capable d'une action gratuite.
Gide, le Prométhée mal enchaîné, I, in Romans, Pl., p. 305.
11.2 Si l'homme n'était pas un animal debout, il serait moins féroce. La biologie est fautive.
Alain Bosquet, les Bonnes Intentions, p. 65.
11.3 Non pas des frères. Non pas des êtres à aimer, ou à servir. Mais des hommes de ma race, de mon espèce, des animaux répandus dans le monde, et qui ont mes mains, ma face, mes entrailles, mes nerfs, et qui voient le même soleil que moi.
J.-M. G. Le Clézio, l'Extase matérielle, p. 173.
2 Par plais. ou par dénigrement (vx). L'animal porte-jupe : la femme.REM. L'emploi de animal, absolt, en parlant de la femme, souligne le mépris (misogynie) mais aussi un sentiment d'étrangeté, dans la langue classique.
12 Des charmes apparents on est souvent la dupe,
Et rien n'est si trompeur qu'animal porte-jupe.
J.-F. Regnard, le Bal, 7.
13 (La femme est) Un certain animal difficile à connaître (…)
Molière, le Dépit amoureux, IV, 2.
14 Dans le monde on fait tout pour ces animaux-là.
Molière, l'École des femmes, 1579.
14.1 La grandeur de ce mal où tu te crois savante
Ne t'a donc jamais fait reculer d'épouvante,
Quand la nature, grande en ses desseins cachés,
De toi se sert, ô femme, ô reine des péchés,
— De toi, vil animal, — pour pétrir un génie ?
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et Idéal », XXV.
3 Personne qui agit par instinct, qui fait preuve d'une grande vitalité. || Un bel animal.
(V. 1950). || Un animal politique : un politicien très actif et de grande envergure (syn. : une bête politique).
14.2 (…) mais je doute qu'il (le président du Conseil) soit un animal politique, au sens parlementaire du mot. Je le crois d'une autre espèce que les carpes du Palais-Bourbon qui chérissent leur profonde boue.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 121.
REM. Dans ce sens, comme au sens 4. ci-dessous, animal peut s'appliquer aussi aux femmes. On trouve chez Prévert le fém. une animale :
14.3 Enfin j'étais une animale individuelle et belle, n'importe où j'habitais mes fenêtres donnaient sur la cour des miracles; les vrais : l'amour, le fou rire, l'amitié, la douleur oubliée.
J. Prévert, Choses et autres, p. 297.
4 (T. d'injure, 1537). Personne grossière, stupide, brutale. Bête, brute. || Rien à faire avec cet animal-là ! || Quel animal ! || Cet animal de Jean.
15 Un franc animal, un brutal, un stupide, un sot (…)
Molière, le Médecin malgré lui, III, 3.
16 — Je vais lui dire, madame, que vous voulez être sortie.
— Arrêtez, animal, et la laissez monter, puisque la sottise est faite.
Molière, la Critique de l'École des femmes, 2.
16.1 Il commence à me courir, cet animal. Je vais aller lui dire deux mots, moi.
Jean-Louis Curtis, le Roseau pensant, p. 315.
(Atténué, désignant affectivement une personne). Marque l'admiration. || Il a drôlement réussi, l'animal (→ Le cochon, le salaud).La rancune. || Il ne m'aura pas, l'animal !L'animal, cet animal de…
16.2 Je n'aurais pas dû. Ça l'a frappée. J'aurais pas dû la frapper.
— Où diable as-tu appris ça, animal ? demanda-t-elle doucement.
É. Ajar (R. Gary), l'Angoisse du roi Salomon, p. 260.
———
II Plus cour. (concept excluant l'espèce humaine). Être animé, considéré comme dénué de raison, ne possédant pas les caractéristiques de l'espèce humaine (langage articulé, fabrication des outils, fonction symbolique, etc.). Bête. || L'animal vit dans le présent. → 1. Passé, cit. 15.
Hist. des sc. || L'animal-machine : l'animal, selon la conception de Descartes, assimilé à un système régi par des lois mécaniques.
17 Ceux qui, sachant combien de divers automates (…) l'industrie des hommes peut faire (…) considéreront ce corps (de chaque animal) comme une machine, qui, ayant été faite des mains de Dieu, est incomparablement mieux ordonnée, et a en soi des mouvements plus admirables, qu'aucune de celles qui peuvent être inventées par les hommes (…)
Descartes, Discours de la méthode, V.
18 (…) J'attribuerais à l'animal
Non point une raison selon notre manière,
Mais beaucoup plus aussi qu'un aveugle ressort (…)
La Fontaine, Fables, IX, 21.
19 Si Descartes a voulu, contre toute apparence, que les animaux fussent des machines (…)
France, le Petit Pierre, p. 182.
20 Je me sers d'animaux pour instruire les hommes.
La Fontaine, À Mgr le Dauphin, V, 6.
21 Le plus stupide des hommes suffit pour conduire le plus spirituel des animaux; il le commande et le fait servir à ses usages, et c'est moins par force et par adresse que par supériorité de nature, et parce qu'il a un projet raisonné, un ordre d'actions et une suite de moyens par lesquels il contraint l'animal à lui obéir (…)
Buffon, l'Homme, p. 1.
22 Pour le système nerveux, au contraire, où il y a plus à concevoir qu'à observer, il (Descartes) a dit le principal, expliquant assez bien, par la rapide et invisible circulation de corpuscules dans les nerfs, ce cheminement du choc depuis les sens jusqu'au cerveau, et, en retour, cette irradiation vers les muscles, selon des chemins qui dépendent de la situation à la fois et de la coutume, ce qui rend compte des réactions. Tel est, sommairement, l'animal-machine.
Alain, Descartes, in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 953.
Adoration, culte des animaux. Zoolâtrie. || Sacrifice d'animaux. Hécatombe, sacrifice, taurobole. || Peur morbide des animaux. Zoophobie. || Caractère propre aux animaux. Zoïsme. le préf. Zoo-.
Étude scientifique des animaux. Zoologie.Description; classification des animaux : selon leur élément : animal aquatique, animal marin, terrestre, amphibie; selon leurs caractères zoologiques, selon leur forme, leur morphologie : animal annelé, articulé, vertébré, invertébré; selon le nombre, la forme des pieds ou pattes ( -pède et -pode) : bipède, fissipède, lagopède, palmipède, pinnipède, quadrupède, solipède…, ongulé…; selon le nombre et la forme des doigts ( -dactyle) : artiodactyle, didactyle, isodactyle…; selon leur marche : plantigrade; selon la nature de leur peau ou carapace ( -derme) : échinoderme, pachyderme…; les dents ( -odonte, et aussi édenté); la forme de la tête ( -céphale); la longueur ou l'absence de queue ( -oure) : anoure, macroure…; le plumage ou les ailes (oiseaux) ( -penne, -ptère); la température du sang : animaux à sang chaud, à sang froid; le mode de reproduction ( -pare) : ovipare, vivipare…; l'habitat ( -cole) : arboricole, cavernicole…; la nourriture : carnassier, herbivore ( -vore), ichtyophage ( -phage)…; leurs mœurs : animaux chasseurs, fouisseurs, grimpeurs, migrateurs, rongeurs, grégaires, solitaires. || Étude des animaux en société. || Étude du comportement des animaux. Éthologie; animal, adjectif.
Vx. || Animal-plante : animal que l'on croyait doué des propriétés des plantes. Zoophyte. || « Il n'y a point d'animaux-plantes » (Lamarck, 1809).
Animaux vivant actuellement sur la terre. || Animaux disparus, fossiles. Fossile, paléontologie.
Classification des animaux : unicellulaires ( Protozoaires), pluricellulaires ( Métazoaires). || Embranchements des métazoaires : Spongiaires, Cnidaires, Cténaires, Plathelminthes, Acanthocéphales, Priapuliens, Mésozoaires, Némertes, Némathelminthes, Annélides, Sipunculiens, Échiuriens, Lophophoriens, Chétognathes, Mollusques, Arthropodes (et Pararthropodes), Échinodermes, Stomocordés, Pogonophores, Tuniciers, Céphalocordés, Vertébrés.
Cour. (seulement en parlant des Métazoaires, et le plus souvent des vertébrés; → Bête). || Animal féroce ( Fauve), sauvage. || Animal dangereux, prédateur, venimeux… || Animal inoffensif, utile. || Animal domestique ou (didact.) auxiliaire. || Animal de cirque. || Les animaux d'une ménagerie. || Apprivoiser, domestiquer, dompter, dresser un animal. || Animal de trait, de somme ( Bête), de boucherie. Élevage; aumaille, bestiaux, bétail, troupeau, volaille. || Animal de laboratoire destiné aux expériences médicales ou industrielles. Animalerie. || Animal en captivité ( Zoo), en semi-liberté ( Réserve). || Apparier, assortir les animaux. Accouplement, croisement, reproduction, sélection, zoogénie. || Un jeune animal, un petit d'animal. Jeune (supra cit. 8), petit (supra cit. 9), et aussi bébé (3.). || Le pedigree d'un animal. || Châtrer, hongrer un animal. Castration. || Soigner les animaux. Vétérinaire (art). || Faire un trafic d'animaux; trafiquant, importateur d'animaux.
23 C'est ainsi, ne comptant plus sur les intermédiaires humains, qu'il s'était fait inscrire à la Société d'Acclimatation du Jardin Zoologique, et apprivoisait la variété d'animaux chère aux collectionneurs dont il voulait l'invitation.
Giraudoux, Siegfried et le Limousin, p. 204.
24 Pour le tout jeune enfant, comme pour l'animal lui-même, l'inquiétude est provoquée par le mouvement rapide et indiscipliné. Tout animal sauvage, oiseau, poisson ou insecte, est plus sensible au mouvement qu'à la présence formelle ou matérielle. Le pêcheur de truite sait très bien que seuls ses gestes trop brusques paraîtront insolites au poisson.
Gilbert Durand, les Structures anthropologiques de l'imaginaire, p. 75-76.
25 À l'approche de ce qu'il considère comme un ennemi, l'animal s'enfuit dès que cet ennemi est parvenu à une certaine distance. Cette distance est sa distance de fuite. Elle le caractérise. Elle est fonction de l'espèce, du passé du sujet et aussi de l'environnement végétal (…) Pour qu'un parc zoologique réponde à son objet, c'est-à-dire pour qu'on puisse y voir du plus près possible des animaux calmes, on ne doit donc pas y exposer des animaux capturés dans la nature, car alors la distance de fuite de tels sujets, qui auraient eu à pâtir de l'homme, serait maximale. Mais on doit y montrer des animaux nés en captivité et élevés au contact de l'homme, car, avec eux seulement, la distance de fuite de l'espèce est à son minimum.
Ch. Prestat, le Logement du chien, VI, Les règles de Hediger pour le logement d'animaux sauvages en parc zoologique, in Revue de médecine vétérinaire, 1978, 129, 4, p. 640-641.
Société protectrice des animaux (abrév. : S. P. A.) : société fondée en 1845, ayant pour mission de veiller au bon traitement des animaux et de poursuivre, le cas échéant, par voie judiciaire tout abus constaté à leur égard. || Animaux fabuleux, fantastiques, chimériques, légendaires. Alcyon, 1. aspic, 1. basilic, béhémot, catoblépas, centaure, chimère, coquecigrue, dragon, griffon, 1. grylle, guivre, harpie, hippocampe, hippogriffe, hydre, lamie, léviathan, licorne, loup-garou, minotaure, monstre, pégase, phénix, python, salamandre, sirène, sphinx, 1. tarasque.
L'animal, conçu de manière anthropomorphique. Anthropomorphisme, 2. bestiaire, fable. || Les animaux malades de la peste, fable de La Fontaine.Le roi des animaux : le lion.
26 (…) chez le petit citadin occidental, ours en peluche, chat botté, Mickey, Babar viennent étrangement véhiculer le message thériomorphe. La moitié des titres de livres pour l'enfance sont consacrés à l'animal. Dans les rêves d'enfants rapportés par Piaget, sur une trentaine d'observations plus ou moins nettes, neuf se réfèrent à des rêves d'animaux. Il est remarquable d'ailleurs que les enfants n'aient jamais vu la plupart des animaux dont ils rêvent, ni les modèles des images avec lesquelles ils jouent.
Gilbert Durand, les Structures anthropologiques de l'imaginaire, p. 71-72.
CONTR. Végétal.
DÉR. Animalcule, animalerie, animalesque, animalier. — V. Animalité.
————————
2. animal, ale, aux [animal, o] adj.
ÉTYM. Fin XIIe; du lat. animalis « animé, vivant et doué de motilité », de animal. → 1. Animal.
A
1 (Dans la langue scientifique). Qui a rapport à l'animal (I., A.), à l'être vivant hétérotrophe, le plus souvent doué de motilité. || Espèces animales et espèces végétales. || Étude du règne animal. Zoologie. || L'échelle, la série animale dans l'évolution (des protistes et des spongiaires aux vertébrés). || Vie animale. || Milieu sans vie animale. Azoïque.
0.1 De ce fait, les espèces animales se répartissent en deux types d'organisation dynamique, l'un où le corps est construit suivant un plan de symétrie radiale, l'autre où les parties du corps s'ordonnent suivant un plan de symétrie bilatérale.
A. Leroi-Gourhan, le Geste et la Parole, t. I, p. 42.
Protistes à tendance animale. Protozoaire. || Cellule animale. || Organisme animal.Anatomie, physiologie animale. || Fonctions animales. || Reproduction, nutrition, métabolisme animal, des animaux (opposé à végétal, et incluant humain).
Hist. des sc. || Esprits animaux : « esprits » (II., 1.), principes de vie affinés par le système nerveux central (le cerveau), lequel est propre aux animaux. Esprit, cit. 19, 20, 22 et supra. || Rôle des esprits animaux dans la théorie cartésienne.
1 (…) esprits animaux, qui sont comme un vent très subtil, ou plutôt comme une flamme très pure et très vive, qui montant continuellement en grande abondance du cœur dans le cerveau, se va rendre de là par les nerfs dans les muscles et donne le mouvement à tous les membres (…)
Descartes, Discours de la méthode, V.
2 Cour. Qui, en l'homme, est propre à l'organisme, à la physiologie.
Vx. || La partie animale de l'homme, non rationnelle (cet emploi, neutre dans la langue sc. ancienne [→ cit. 2], devient péj. en emploi courant). Bestial, brutal, grossier, matériel, physique. || Des passions animales. Charnel, sensuel. || « L'homme animal et l'homme moral » (Bonstetten, 1824).
2 (De la raison) soumettant à ses lois la partie animale,
Dont l'appétit grossier aux bêtes nous ravale.
Molière, les Femmes savantes, I, 1.
Mod. Caractérisé, chez l'homme, par l'absence de rationalité, par des traits non culturels, considérés comme propres à l'animalité.REM. Cet emploi est souvent péj. (→ cit. 4) mais beaucoup moins que bestial, et parfois positif, par allus. au caractère naturel, non affecté, du comportement (→ cit. 3, 5). Une beauté animale.
3 L'instinct maternel est divinement animal. La mère n'est plus femme, elle est femelle.
Hugo, Quatre-vingt-treize, III, 2, 6.
4 Les femmes ne gardent leur pureté que loin de l'homme. Dès qu'il paraît, elles retournent à l'état animal et presque sauvage.
Edmond Jaloux, les Visiteurs, XXIX.
5 Elle avait une façon de se tenir (…) d'offrir à tout venant la vivacité animale de son sourire.
Martin du Gard, les Thibault, II, 11.
B
1 Qui est propre aux animaux (à l'exclusion de et par rapport à l'espèce humaine). || L'instinct, le comportement animal. || La communication animale (→ Bioacoustique).Psychologie animale : comportement des espèces animales, à l'exclusion de l'homme (homo sapiens); son étude. || La psychologie animale a dû se dégager de l'anthropomorphisme et de l'anthropocentrisme.Sociologie animale. || Sémiotique animale. Zoosémiotique.
6 De toutes les images (…) ce sont les images animales qui sont les plus fréquentes et les plus communes. On peut dire que rien ne nous est plus familier, dès l'enfance, que les représentations animales.
Gilbert Durand, les Structures anthropologiques de l'imaginaire, p. 71.
Épidémie animale. Épizootie.
2 Constitué par des animaux. Vx. || La gent animale.Le milieu animal. Faune.
3 Qui provient des animaux. || Matière animale. || Charbon animal. || Noir animal. || Colle, glu animale, obtenue à partir de gélatine animale (poissons; Ichtyocolle). || Huiles animales, de baleine, de phoque, de foie de morue…
4 Produit par l'animal (et non par une force mécanique). || Traction animale (→ -mobile : hippomobile, etc.).
CONTR. Végétal. — Conscient, humain, intellectuel, spirituel.
DÉR. Animalement, animaliser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • animal — ANIMÁL, Ă, animali, e, s.n., adj. 1. s.n. Fiinţă organizată, uni sau pluricelulară, înzestrată cu facultatea de a simţi şi de a se mişca; p. restr. vietate, jivină, dobitoc. 2. s.n. Om brutal, grosolan, josnic, care se poartă ca un animal (1). 3 …   Dicționar Român

  • animal — animal, ale (a ni mal, ma l ) adj.    Au pluriel masculin, animaux. 1°   Qui est propre à l animal, qui concerne l animal. Vie animale. Les instincts animaux. •   Il fallut savoir si, quand il faisait les fonctions animales de l homme...., VOLT.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • animal — adjetivo 1. Del animal: comportamiento animal, vida animal. 2. De la parte sensitiva de un ser vivo a diferencia de la parte racional o espiritual: Era un deseo animal que no podía controlar. magnetismo* animal. adjetivo,sustantivo masculino y… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Animal — An i*mal, a. [Cf. F. animal.] 1. Of or relating to animals; as, animal functions. [1913 Webster] 2. Pertaining to the merely sentient part of a creature, as distinguished from the intellectual, rational, or spiritual part; as, the animal passions …   The Collaborative International Dictionary of English

  • animal — Animal, [anim]ale. adj. Qui appartient à l ame sensitive. Vie animale. les facultez animales. les esprits vitaux & animaux. la partie animale. la partie raisonnable. Animal, Dans le langage de l Escriture sainte, signifie, Sensuel, charnel, il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Animal — (lat. und engl. für: Tier) steht für: Animal (Band), eine US amerikanische Metalband einen Kampfnamen von Joseph Laurinaitis (* 1960), US amerikanischer Wrestler Animal – Das Tier im Manne, US Film (2001) Animal, US Film (2005) (V) The Male… …   Deutsch Wikipedia

  • ANIMAL — компьютерная игра, которая была написана Джоном Волкером (англ. John Walker) в апреле 1974 г. для компьютера UNIVAC 1100/42 под управлением ОС Exec 8. Суть игры заключалась в угадывании животных, причём в отличие от других подобных игр, эта… …   Википедия

  • ANIMAL — ut Graece ζῶον, ita Hebr. chaia, ratione vitoe dicitur: non quod vita sit animalis propria, sed quia illud solum sentit, appetit et movetur. Unde ἔμψυκον animatur Graecis, saepe idem quod Animal quô sensu Pychagoras τῶ ἐμψύχων ἀπηγόρευεν ἅπτεςθαι …   Hofmann J. Lexicon universale

  • animal — s. m. 1. Ser vivo multicelular, com capacidade de locomoção e de resposta a estímulos, que se nutre de outros seres vivos. 2. Ser vivo irracional, por oposição ao homem. 3.  [Figurado] Bruto, estúpido, grosseiro (falando se de pessoas). • adj. 2… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • ANIMAL X — est un groupe de musique électro pop roumain, créé en 1999 à Constanta. Membres Lizard (chant, né Alexandru Salamar le 8 février 1982 à Constanta) ; Hyena (chant, né Serban Lopot le 2 juillet 1981 à Constanta) ; Worm (chant, né Mihai… …   Wikipédia en Français

  • Animal 82 — (Sans titre) Artiste Liuba Kirova Année 1982 Type Résine Technique Sculpture Localisation Musée de la sculpture en plein air, Paris, France Coordonnées …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.